Home Touche Locale La langue, facteur d’intégration dans un pays d’accueil

La langue, facteur d’intégration dans un pays d’accueil

by Pamela Marie

La langue est une composante essentielle de la culture et de l’identité d’un peuple et Maurice n’y échappe pas. Comprendre et parler le kreol est probablement le meilleur moyen de connaître et d’apprécier le pays, ses habitants, ses traditions et sa diversité culturelle.

Notre île n’a pas de population autochtone connue et l’identité mauricienne a été façonnée par des vagues successives de colonisation et de migration. Durant nos quatre siècles d’histoire, la langue locale, le kreol, a été influencée et enrichie par la diversité de cultures et de nationalités qui se sont installées sur ce petit bout de terre.

Multicultural society - Société multiculturelle

La langue la plus parlée de loin

Selon les résultats d’une enquête menée en 2011 sur les langues parlées à la maison, une très grande majorité des répondants (86,5 %) utilisaient le kreol dans leurs conversations quotidiennes. Le bhojpuri était parlé par 5,3 % d’entre eux et 3,6% des personnes interrogées utilisaient d’autres langues ancestrales. Le français et l’anglais étaient parlés à la maison par 4,1  % et 0,5 % des répondants respectivement, mais la plupart des Mauriciens utilisent l’une ou l’autre de ces langues dans des situations plus formelles, telles qu’au travail, à l’école et dans des allocutions publiques.

In formal setting - work | Situation formelle - travail -- Live In Mauritius

Différents types de mots

Le kreol a une base lexicale française et ses origines remontent à l’époque de l’esclavage. Il s’agit d’une association de différents types de mots tels que les prosthèses, avec l’ajout d’une consonne au début, par exemple « lokipasion » (occupation) et « ledikasion » (éducation). Des mots comme « dezord » (désordre) et « dantis » (dentiste) ont été créés par apocope, soit l’omission d’un ou plusieurs sons ou syllabes à la fin d’un mot. Concernant l’aphérèse, le son initial a été supprimé. C’est le cas pour des mots comme « tann » (entendre) ou « ti » (petit).

La syncope est l’omission d’un ou de plusieurs sons à l’intérieur d’un mot, comme pour « matla » (matelas) et « lotri » (loterie). Il y a aussi, parfois, une répétition ou un dédoublement de mots pour mettre l’accent sur une action ou une situation. « Dousman-dousman » (très lentement) et « feb-feb’ » (très faible) en sont des exemples.

De l’oral à l’écrit

School - École -- Live in Mauritius

D’un médium principalement oral utilisé dans les contes et les chansons, le kreol a adopté une forme écrite plus standardisée au cours des dernières décennies. Il est maintenant enseigné et utilisé dans les écoles. Il est également couramment utilisé dans des productions littéraires et un dictionnaire a même été publié.

Apprendre quelques rudiments de kreol peut vous aider à mieux communiquer avec la population locale. Pourquoi ne pas saluer votre interlocuteur par un exotique « Ki manier ? (Comment ça va ? ) » ? En guise de réponse à une telle question, vous pouvez dire : « Bien mersi » (Je vais bien, merci). Vous pouvez également employer des mots simples comme « lari » (rue), ou encore « dimounn » (gens), « lakaz » (maison) et « lafaya » (fête) pour parler comme les Mauriciens. Et pour dire au revoir, il suffit de dire « Salam » !

Was this page helpful?

Related Articles

Leave a Comment